L’histogramme

Comme d’autres logiciels, l’histogramme de PhotoLab présente la version traitée (affichage en cours) de l’image selon une échelle sur 8 bits (compatible JPEG) soit sur 255 valeurs en considérant cette dernière comme la « luminosité à 100% ».
Lors d’une conversion en 16 bits, la décomposition des valeurs est bien supérieure. La luminosité maximale est sur la 65 536 ème tranche.

* Les avertisseurs d’écrêtage des hautes lumières (Ctrl+ W/ A) et des tons sombres (Ctrl+ B/ B) peuvent être permutés.
* La hauteur de la palette de l’histogramme est modifiable en Cliquant et maintenant la partie basse de l’histogramme (Windows seulement).

Les avertissements de l’histogramme sont basiques. Si un seul canal d’un pixel est écrêté il est trop rapidement signalé. Il est représenté par sa couleur inverse.
Cela n’a pas de sens surtout pour un canal à 0.

Cliquer pour agrandir – Alt+ < pour revenir

Il y a de faux avertissements sur cette photo.
1- Manque de vert et de bleu sur une chemise rouge
2- Manque de bleu sur l’oreille ! Mon garçon n’est pas un Schtroumpfs 😉


* L’histogramme raw avec sa grande plage dynamique n’est pas accessible. Un avertissement en ton inversé, entièrement noir ou blanc (tous les canaux RGB à 0 ou 255) ne signifie pas forcément qu’il y a un écrêtage à la prise de vue mais seulement qu’il peut y avoir un écrêtage.


La Courbe des tons

En modifiant le point noir ou le point blanc sur la courbe des tons, la plage tonale est seulement resserrée. 
Les détails perdus sur la définition raw ne sont pas récupérés avec cette méthode. L’écrêtage est transporté à des valeurs moindres, par exemple 4 et 250. Les avertisseurs de l’histogramme sont inactifs mais cette partie de l’image, exprimée par des pixels gris clair ou gris foncé, reste vide de nuances.


La courbe de tons est un outil pauvre sur PhotoLab parce que le logiciel propose d’autres outils. En fait, elle n’a été conçue que pour augmenter l’action d’autres corrections 
* La compensation de l’exposition est l’outil indiqué pour baisser les hautes lumières non surexposées. On peut ensuite bomber la courbe des tons pour restaurer l’impression générale de luminosité.
* Une autre piste est d’utiliser le Smart Lighting qui compresse les valeurs extrêmes. Cet outil est très performant pour récupérer des détails dans les zones extrèmes apparemment écrêtées.
* Enfin, les trois réglages de la tonalité sélective réalisent la même correction que des points placés aux extrémités et au milieu de la courbe de tonalité.
* Le curseur de Contraste global est équivalent à une forme en « S »


Dxo est conscient que de nombreux utilisateurs sont orphelins d’un outil qu’il jugent indispensable.


TuToDxO.com – All rights reserved – tous droits réservés.

«             »